« Vous êtes formidables », quand la radio sauve le HAC.

Quand un club est en danger, toute une ville se mobilise. C’est ce qui s’est produit pour le club de la cité Océane, en 1956. Retour sur cette histoire extraordinaire.

Ecouter le podcast :

Retranscription :

BACK IN 1956…

La saison 1955-1956 s’achève. Le club est au bord de la catastrophe. Les résultats sportifs sont mauvais (12ème de la D2 avec 34 points), la posture financière également. Le naufrage est proche. Point culminant de cette mauvaise période : la démission du président Perrigault (en poste depuis 1949) le 30 Juin au nom de « l’intérêt supérieur du club »

La situation est grave. Comment sauver ce club, si cher dans le coeur des havrais ?

A l’initiative d’un parfait inconnu du monde sportif, Gérard Tranvouez, une véritable opération de « crowdfunding » (financement participatif) est lancée, via l’émission « vous êtes formidables » de Europe n°1 (Europe 1 aujourd’hui). Animée par Pierre Bellemare, cette émission fait appel à la solidarité des auditeurs pour venir en aide à différentes causes. Le 3 Juillet, c’est pour sauver le HAC.

« Vous ferez un effort pour que le HAC vive ou alors s’il ne vous intéresse pas, pour le tuer »

Pierre Bellemare (1956)

Il manque 5 millions de francs au HAC pour assurer sa survie, autant dire que c’est quasiment mission impossible… mais impossible, pas havrais ?

C’est ce que les supporters et les amoureux du football prouvent. Dès le lancement de l’émission, le ton est donné. Pierre Bellemarre, en introduction, lance un « Vous ferez un effort pour que le HAC vive ou alors s’il ne vous intéresse pas, pour le tuer ». Vingt minutes après le lancement de la collecte, quand arrive la fin de l’émission, le fond de soutien au HAC s’élève à 2 millions de Francs. Ce n’est malheureusement pas assez pour le sauver…

Cependant, c’est un véritable raz de marée que connaît le standard de la radio dans l’heure qui suit, tenu par des bénévoles et expatriés havrais à Paris. Tout le monde donne. De l’ouvrier jusqu’à la plus haute autorité de l’Etat : le président de la République, René Coty. Il cède un vase de Sèvres, dont les produits de la vente iront à la sauvegarde du club. Les commerçants havrais s’unissent également pour le HAC. Les Galeries du Havre donne 5% du chiffre d’affaire du jour, soit 145.000 francs. La Chambre syndicale des industries métallurgiques fait un don de 50.000 francs. La Brasserie Paillette, institution havraise, consacre 40.000 francs au HAC.  Un mystérieux inconnu promet également 2.000.000 francs à Roger Paumelle, président général du HAC.

Il n’ y a pas que des dons en argent que reçoit le club. Le journal « Le Havre » en relève un surprenant : une maison avec jardin estimée à 1.500.000 francs. Bien qu’on ne connaisse pas l’identité du donateur sur le moment, qui exige l’anonymat, il s’agit de Paul Perrigault, président démissionnaire du HAC. Le club enregistre ensuite le don d’un équipementier parisien, qui offre au club de quoi jouer pendant une saison.

 

Page du journal « Le Havre », le 5 Juillet 1956.

Au total, l’émission permet de collecter près de 7.000.000 de francs, grâce à 11.200 personnes. On notera qu’aucun club de football professionnel n’a aidé le HAC, qu’il soit normand ou autre. Seul l’Olympique de Foucarmont fait don de 2000 francs pour aider les pros du HAC.

C’est à grand coup de « MERCI ! » que Roger Paumelle annonce le sauvetage du club et son maintien dans le monde professionnel, après une période de doute et d’incertitude.

« Grâce à eux, grâce à vous, je suis certain qu’on pourra longtemps encore, sur les stades de France, entendre notre vieux cri de ralliement : « EN AVANT LE HAC ! »

Roger Paumelle, président général du HAC, 1956.

Source : Journal « Le Havre », édition du 5 Juillet 1956
Bibliographie : LECLERC Didier, LACHAUX-FLORENTIN Pascal, Histoire du Havre Athletic Club Doyen des clubs français, Paris, Horvath, 1986

 

 

 

 

 

 

 

Benjamin Écrit par :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *